Les piercings buccaux

Les piercings buccaux

Le piercing est une pratique très répandue dans certaines tribus africaines (au même titre que les tatouages) et devient de plus en plus populaire auprès des jeunes occidentaux.

Il ne constitue pourtant pas un geste anodin. Chez presque 17% des personnes ayant un piercing buccal (soit presque une sur cinq) on peut constater des complications dont l'importance va de « sans conséquence », à « très grave ».

piercing 40316615 XS

Les problèmes les plus bénins rencontrés sont les cicatrices, les réactions allergiques (surtout au nickel) et éventuellement l'ingestion du bijou. On peut toutefois rencontrer des problèmes plus graves comme :

• A cours terme : l'hémorragie (lors de l'acte même) ou la paresthésie (perte de sensibilité suite à la lésion d'un nerf au cours du perçage).

• A moyen terme : l'œdème (qui pourra avoir du mal à se résorber, surtout si la zone est comprimée par un piercing trop petit), ou par l'infection. La bouche est l'endroit du corps qui contient le plus de bactéries. Une infection non contrôlée (non traitée) au niveau d'un piercing peut se généraliser (septicémie) et porter atteinte à la vie du porteur.

• Sur le long terme : on constatera des problèmes de récession gingivale, de dents fracturées, de création de diastème (surtout pour les piercings à la langue avec lequel on joue), une hypertrophie tissulaire (le piercing se trouve recouvert par le tissu buccal). Dans les cas les plus poussés, un piercing à la langue peut entrainer une « fissure » de la langue (obtention d'une langue bifide comme les serpents) entrainant des problèmes d'élocution.

Pour ceux que rien n'arrête, il est toujours bon d'appliquer quelques principes de précaution comme :

1. consulter son chirurgien-dentiste ou son orthodontiste, afin qu'il aide à déterminer la zone la plus propice (la moins risquées) pour accueillir le futur piercing.

2. envisager une antibiothérapie prophylactique.

3. faire des bains de bouche à la chlorhexydine pendant deux semaines qui suivent le piercing.

4. consulter au moindre signe douteux (douleur, gonflement,...).

5. faire un contrôle annuel chez le dentiste qui surveillera l'évolution de la gencive au contact du bijou.

Anne Bourgeois,
Assistante dentaire

IDENTIFICATION

Site pour Android
Site pour iPhone
Copyright © 2018 CNQAOS. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.